Concert – 7 juillet 2021 à 18h30 – Basilique St François, Thonon

Aurélien FILLION, orgue

Le stylus phantasticus, au 17ème siècle, et après…

Œuvres de :

      • G.Frescobaldi (1583 – 1643)
      • JA.Reincken (1623 – 1722)
      • D.Buxtehude (env. 1637 – 1707)
      • J.Blow (1649 – 1708)
      • JP.Leguay (né en 1939)
      • B.Focroulle (né en 1953)
      • JP.Rolland (né en 1972)

« Dans ce style, la manière de composer, de chanter et d’exécuter est la plus libre, la moins contrainte qui se puisse imaginer, pour qui y découvre d’abord telle idée et ensuite telle autre, du fait qu’on n’y est lié ni par les mots, ni par la mélodie, seulement par l’harmonie, de sorte que le chanteur ou l’exécutant peut en jouer avec habileté. Toutes sortes de progressions par ailleurs inaccoutumées, d’ornements cachés, de tours et de colorations ingénieux sont amenés sans souci d’observer la mesure ou la tonalité, sans considération pour ce qui est placé sur la page, sans thème ni ostinato formel, sans thème ou sujet à mener à bien ; ici rapide et là hésitant, tantôt à une voix, tantôt à plusieurs et de temps à autre en retard sur la battue, sans mesure du son, mais non sans se montrer tout entier résolu à plaire, à surprendre et à étonner. »

Voici comment Johann Mattheson (1681 – 1764), théoricien et compositeur allemand, présente le stylus phantasticus, style musical apparu avec les premiers claviéristes du 17ème siècle en Italie puis en Allemagne avec Frescobaldi et Froberger notamment.

Virtuosité, invention, improvisation, liberté ou audace caractérisent cette musique parfaitement en symbiose avec l’art pictural et architectural de l’époque.

Les compositeurs/organistes d’aujourd’hui, qui jouent cette musique, ont pu trouver dans ces œuvres baroques une source d’inspiration dans leurs formes et leurs sonorités si spécifiques.

Musicien éclectique né en 1981, Aurélien Fillion étudie la flûte à bec (classes de Pascale Imbert et Dominique Vasseur), l’orgue (classes de Jean-Philippe Mesnier et Jean-Pierre Rolland), la musique de chambre, l’écriture (classe d’André Delcambre) dans les Conservatoires de Douai et de Lille. Il a été récompensé dans chacune de ces disciplines.

Il se perfectionne ensuite une année au CNSMD de Paris dans les classes d’écriture (harmonie) et de contrepoint-Renaissance de Thierry Escaich et Olivier Trachier.
Il étudie également l’orgue et l’improvisation à l’Institut Supérieur de Musique et de Pédagogie de Namur en Belgique dans la classe de Benoit Mernier et obtient un master didactique avec grande distinction.

Aurélien Fillion participe activement à plusieurs stages et master-classes avec des personnalités musicales reconnues dans chacune de ces spécialités : Harald Vogel, Bernard Foccroulle, Jean Boyer, Lorenzo Ghielmi, Loïc Mallié… pour l’orgue, Sébastien Marcq, Pierre Hamon pour la flûte à bec, Claude Ballif, Edith Lejet pour l’écriture ou la composition.

C’est en 2000, au contact de Guy Reibel et Frédéric Boulard, qu’il va commencer un travail autour de la composition donnant ainsi naissance à un répertoire de musique de chambre, musique soliste ou musique pour orchestre. Il est lauréat du concours de composition pour orgue d’Oloron Sainte-Marie (2006) pour sa pièce « Exploration granitique », du concours de composition pour orgue Aristide Cavaillé-Coll (2011) pour sa pièce « Zooms » (qui a fait l’objet d’une publication dans la revue « La flûte harmonique ») et il est finaliste du concours de composition pédagogique de Boulogne- Billancourt (2012) pour sa pièce « Les horloges » (pour alto à cordes et voix de baryton). Il reçoit les avis et conseils de Valéry Aubertin, Suzanne Giraud et Benoit Mernier concernant ses différents travaux.

Aurélien Fillion enseigne dans la région Nord de France et se produit en soliste, auprès d’ensembles divers ou en orchestre en France ou à l’étranger (Belgique, Luxembourg, Allemagne, Finlande, Danemark, Islande…). Son répertoire s’étend de la musique du Moyen-Age à des pièces de création. Il partage avec Mélanie Filipiak le « Duo éolien » (flûte traversière et orgue) dans un répertoire original et de transcriptions fort apprécié du public.

Son premier disque d’orgue, « Visages de l’orgue français », est sorti en 2018 pour le label Organroxx.

www.aurelienfillion.weebly.com